Une session de juin bien remplie !

Lors de sa session de juin le Grand Conseil valaisan sera appelé à se prononcer sur de nombreux crédits d’engagement ou d’objets concernant d’importantes infrastructures nécessaires à notre Canton et à son positionnement de Canton moderne, de l’innovation, du XXIe siècle, en phase avec les ambitions affichées par le Gouvernement.

news

Investissements

Près de 150 millions seront investis pour poursuivre les travaux liés à l’implantation de l’EPFL à Sion, avec l’arrivée du Centre de recherche sur les problématiques alpines et polaires, pour développer les antennes de The Ark à Viège et Monthey, pour doter le service de la circulation et de la navigation d’un centre auto plus grand que celui actuel de Sion, situé en-dehors de la ville, pour l’extension et la modernisation du site pénitentiaire de Crêtelongue et pour la remise à niveau des infrastructure de Loèche-les-Bains accueillant la filière de formation des physiothérapeutes.
Ces investissements peuvent être conduits en parallèle grâce à la mise sur pied et l’acceptation par le Parlement du fonds FIGI, indépendant du compte de fonctionnement et d’investissement, soumis au carcan parfois rigide du double frein aux dépenses et à l’endettement.

Si nous saluons le travail de notre ministre Frédéric Favre dans la concrétisation du dossier Crêtelongue, laissé à l’abandon dans les tiroirs de son prédécesseur, le groupe PLR suivra de près l’évolution du fonds FIGI et ses affectations. Au-delà des investissements le Gouvernement doit considérer les frais d’entretien et de personnel supplémentaire liés à toute nouvelle infrastructure. Dans la limite de la loi sur les marchés publics, notre groupe espère tout de même que ces investissements étatiques importants puissent profiter en premier lieu à l’économie valaisanne et à nos entreprises.
Ces investissements découlent aussi du fait que les comptes de l’Etat depuis quelques années sont excellents. Le Parlement se penchera la semaine prochaine sur l’exercice 2018. Plus de 250 millions de bénéfice en plus par rapport au budget sont constatés. Cette marge permet d’alimenter le fond des grands projets du XXIe siècle (dont les objets mentionnés plus haut), le fond de fluctuation des recettes (pour les années plus difficiles) et la CPVAL.

Situation seine, mais...

Si la situation est enviable et très bonne, il faut avoir conscience que le quart du budget (750 millions) dépend de la Confédération (péréquation inter cantonale et dividendes de la BNS) et que ces montants sont en perpétuelle discussion à Berne et pourraient être revus à la baisse. Les rentrées supplémentaires également, proviennent certes d’une augmentation de la population et donc des contribuables, mais surtout de deux successions très importantes mais ne revenant pas chaque année dans la colonne des revenus. On constate une stagnation de la progression de l’imposition des personnes morales, montrant quelques signes de contraction de notre économie dans certains domaines.

Remontées mécaniques, rapports et élection

Le Grand Conseil va également valider le règlement du Conseil d’Etat pour gérer le fonds d’aide aux remontées mécaniques, fond dont la création a été adoptée par la loi en 2e lecture. Cette aide supplémentaire, principalement sous la forme de prêts et de cautionnements, devrait permettre au secteur des remontées mécaniques d’investir dans le renouvellement des installations et la pérennisation des domaines skiables et des destinations viables à long terme.
La session de juin permet aussi traditionnellement, même si aucune décision ne doit être prise, de prendre connaissance, de toute une série de rapports : rapport annuel du Conseil d’Etat, rapport de l’Hôpital du Valais, rapport de la BCVS, rapport du Conseil d’Etat sur sa politique sanitaire, rapport de l’inspection des finances, rapport de la commission cantonale sur la protection des données …
Le Parlement va élire également le successeur de M. Jean-Pierre Greter au poste de procureur général adjoint, c’est-à-dire le numéro 2 du Ministère publique.